Accueil

La Brasserie Dawes et la NBL

La fondation de la Brasserie Dawes en 1826 marqua le début du développement industriel du village de Lachine (sud-ouest de Montréal). La famille Dawes, qui est à l’origine de cette entreprise, contribua aussi au progrès de Lachine en s’impliquant dans de nombreux projets locaux, dont la construction de l’église St. Andrew’s, du club d’aviron de Lachine et de l’hôpital général.

Sur le plan commercial, la Brasserie que les Dawes ont mise sur pied va se développer pour devenir au tournant du siècle une entreprise d’envergure. Lorsque le premier bâtiment faisant office de brasserie ne suffit plus à la tâche, les Dawes font construire, dans les années 1860 et 1870, une bâtisse pour la torréfaction, deux pour la fermentation (ale et lager), un entrepôt, une glacière et une tonnellerie. De même, à mesure que prospère la Brasserie, le besoin de main d’œuvre spécialisée augmente. Pour loger tous leurs ouvriers, les Dawes font construire des logements à proximité de leurs installations de Lachine. Ainsi, autour de l’imposant complexe industriel de la Brasserie Dawes, un deuxième village est créé, qui se situe à l’ouest du premier noyau villageois. Les habitants y bénéficièrent de la première ligne télégraphique privée au Canada et de l’arrivée du tramway grâce à la Brasserie. En 1847, les Dawes établiront une ligne télégraphique directe raccordant leur établissement principal et leurs bureaux situés dans l’actuel Vieux-Montréal. Plus de trente ans plus tard, la ligne sera affectée à la téléphonie : il s’agira de la première ligne téléphonique de Lachine.

En 1909, la Brasserie Dawes intègre la National Breweries Ltd. et d’autres bâtiments sont alors érigés à Montréal pour les opérations de la brasserie. L’accroissement des ventes de la Black Horse nécessite bientôt l’augmentation de la capacité de brassage. Ainsi, en 1922 la production de la bière en fût est transférée à Montréal, les installations de Lachine sont fermées puis vendues quelques années plus tard. La nouvelle usine de la rue Saint-Maurice est la plus grande brasserie appartenant à la National Breweries Ltd. En 1931, l’édifice de la Brasserie Ekers est rebaptisé la Brasserie de bière en fût Dawes. On y brasse dorénavant la bière Dawes Black Horse en fût. 

L’union fait la force

Au 19e siècle, le marché brassicole montréalais est dominé par les brasseries Dow, Dawes et Molson. Outre ces grands joueurs, les brasseries sont très nombreuses et la concurrence est forte. Pour réduire les coûts de production et de mise en marché de leurs produits, plus d’une douzaine de brasseries de la province de Québec décident de créer, en 1909, le consortium National Breweries Ltd. Les quatre brasseries principales sont la Dawes, la Dow, la Ekers et la Boswell (de Québec). D’abord concurrentes, ces entreprises se côtoient maintenant au sein de la même organisation.

La Brasserie Molson est invitée à se joindre à la National Breweries Ltd., mais elle préfère demeurer indépendante. À partir de ce moment, Molson et la National Breweries Ltd s’engagent dans une guerre de prix, ce qui oblige la Frontenac à joindre le consortium en 1926. C’est le début d’une longue suite de fusions, de rachats et de ventes pour l’industrie brassicole québécoise.

Tandis que la National Breweries Ltd. domine au Québec, on assiste en Ontario à la montée d’un géant : la Canadian Breweries. En 1952, cette entreprise fait l’acquisition, pour plusieurs millions de dollars, de la National Breweries Ltd. Les dirigeants de la Canadian Breweries entreprennent alors de diminuer le nombre de marques offertes pour réduire les coûts de production et de mise en marché. En juillet 1952, la Black Horse cesse d’être brassée. Tous les efforts de l’entreprise se concentrent dorénavant sur la production et la distribution d’une seule marque de ale : la Dow. Dans la foulée, la National Breweries Ltd. devient la Brasserie Dow. Cette dernière relancera provisoirement la marque Black Horse au milieu des années 1960.

Références des fichiers joints :

historique_compagnie_nbl.pdf : La Revue. Publiée dans l’intérêt des employés, Mars, vol. 12, No 3, 1949, The National Breweries Limited, Montréal, Qué., page 17.

fusions_industrie_brassicole.pdf : Concept : merlicht.com / montage graphique : bertuch.ca