Accueil

De l'usage du cheval

À une époque où le cheval s’avérait indispensable, le fait de choisir cet animal comme emblème a sans doute eu un impact considérable sur la popularité de la bière Black Horse. Cependant, le moteur à combustion a graduellement supplanté la traction animale dans l’accomplissement des tâches journalières. Après la Seconde Guerre mondiale, l’automobile et le camion remplacent finalement le cheval autant pour le travail aux champs que le transport. L’intérêt de la population pour cet animal diminue proportionnellement. 

Le cheval de trait ne peut pas être un emblème associé à la vie moderne. Au fil du temps, certaines des valeurs que la Brasserie Dawes Black Horse associait à son cheval – travail, robustesse – ne sont plus recherchées. Par contre, la liberté du cheval sauvage, celle du Mustang de Ford est encore aujourd’hui une qualité désirable.

Autre bière, autres chevaux

Pour célébrer la fin de la prohibition aux États-Unis, la brasserie Budweiser acquiert des chevaux  de trait Clydesdales en 1933 et les utilise pour des parades et des livraisons. Ils deviennent vite un symbole de la marque et, selon la compagnie, de l’esprit entrepreneurial du pays. Aujourd’hui, Anheuser-Busch est propriétaire d’environ 250 Clydesdales. Les chevaux de la brasserie, tous au manteau bai (brun-rougeâtre) apparaissent dans des parades, des événements sportifs, des festivals et de nombreuses publicités télévisées. Les écuries sont ouvertes au public comme l’étaient celles des Black Horse. Les méthodes sont donc sensiblement les mêmes que celles développées par la Brasserie Dawes pour faire de ses chevaux des publicités vivantes. Par contre, Budweiser ne participera jamais à un programme de reproduction pour favoriser la naissance de poulains Clydesdales chez les propriétaires de ferme ou de ranch.