Accueil

Réalisateurs et studios


Gordon Sparling
(1900-1994, Toronto, Canada)

Cinéaste canadien, il a réalisé, scénarisé et produit quelque 200 films. Au moment où il dirige le tournage de Bière et beau-père, Sparling a déjà plusieurs réalisations à son actif. Il œuvre d’abord au Bureau de cinématographie du gouvernement canadien, puis il travaille comme assistant-réalisateur avant d’entreprendre un séjour de deux ans à New York. En 1931, il rentre au Canada et réalise des films de commandite pour l'Associated Screen News, à Montréal. Il y entreprend, à partir de 1932, la série Canadian Cameo qu’il poursuivra jusqu’en 1955. Ces courts métrages sont considérés comme les premiers films sonores canadiens importants et ils constituent pratiquement la seule image du Canada projetée au pays et à l'étranger durant les années 1930. Sparling réalise aussi Rhapsody in Two Languages (1934), un court métrage consacré au bilinguisme montréalais. Pendant la guerre, il supervise la production de films d'actualité et de formation pour l'armée canadienne. Il retourne chez Associated Screen News en 1946 et y reste jusqu'à la fermeture de son service de production en 1957. Par la suite, il travaille à l'Office national du film jusqu’en 1966. Au Canada, il est considéré comme un pionnier dans le domaine de la réalisation cinématographique.

Des studios à Montréal

Associated Screen News est fondée en 1920 grâce au soutien du Canadian Pacific Railway et produit chaque semaine des films d'actualité et des documentaires, distribués dans les salles de cinéma commerciales canadiennes, ainsi que des films de promotion et d'instruction pour l'industrie. En 1926, Associated Screen News se fait construire des locaux modernes dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal. En 1931, elle se dote d’équipements de prise de son.

Les stratégies publicitaires s’adaptent à l’apparition de chaque nouveau média. Aucun espace médiatique ne reste exempt de publicité. Ainsi, bien que la bière Black Horse ait cessé d’être produite en 1952, on ne peut douter qu’elle aurait investi le média qu’est la télévision et choisi de s’associer à des porte-parole connus du public. Dès l’ouverture des studios Radio-Canada et Télé-Métropole à Montréal, la National Breweries Ltd. y aurait sûrement diffusé sa publicité.