Home

Tavern Owners Association

(In French only)

Extrait du répertoire sommaire du fonds de l'Association des taverniers et des brasseries du district de Montréal inc., conservé dans les archives du Musée de Lachine

Histoire administrative

L'Association des taverniers et des brasseries du district de Montréal inc. a été fondée en 1884 par onze hommes.  Parmi eux se trouvait M. Andrew Dawes, fils de Thomas, le fondateur de la Brasserie Dawes établie à Lachine depuis 1826.  D'un commun accord, ils nommèrent leur association «The Licensed Victuallers' Association of the City of Montreal, L'Association des commerçants licenciés de la cité de Montréal, (du) «nom de la vieille association d'Angleterre».[1] Elle regroupe alors les établissements de «la partie ouest de la province, [...] de Trois-Rivières à Hull et du Nord-Ouest jusqu’aux frontières des États-Unis.»[2] À une certaine époque, les présidents des trois grandes brasseries en sont présidents honoraires, moyennant une contribution annuelle de 1 000,00 $ ou plus chacun.

Au moment de fêter ses quatre-vingt-dix ans d'existence en 1974, non seulement est-elle la seule association d'hommes d'affaires du Canada à avoir existé sans interruption durant autant d'années mais elle en est, de plus, la doyenne.  Durant toutes ces années d'existence, elle changera quelques fois de nom et ses membres viendront de lieux différents. 

C'est une partie de l'histoire du Québec mise en exergue par un groupe de commerçants. En effet, l'Association sera de toutes les actions concernant le commerce des boissons alcoolisées, depuis la lutte contre la loi Scott, préconisée par un groupe de prohibitionnistes en 1885, jusqu'à la création des brasseries en 1973, qui permettra aux femmes de réintégrer les débits d'alcools où elles avaient eu accès jusqu'en 1923.  Alors que le Québec est la seule enclave en Amérique du Nord où la prohibition n'est pas en vigueur au cours des années 1920, la Commission des liqueurs de Québec créée par une loi spéciale du gouvernement Taschereau, servira d'exemple à plusieurs gouvernements.[3]

Contexte de création

Le commerce des boissons alcoolisées a depuis de nombreuses années fait l’objet de législations plus ou moins sévères de la part des différents gouvernements provinciaux. À cause de cela, l’Association a senti le besoin d’être constamment au front pour préserver ses prérogatives.  C'est donc un accompagnement pas-à-pas que nous propose le fonds, en regroupant les procès verbaux des assemblées bimensuelles de l'association, tant celles des membres que celles des directeurs, sur une période de cent ans.   

Historique de la conservation

Le fonds a été donné au Musée de la Ville de Lachine en 1991 alors que les derniers procès verbaux datent de 1986, donc cinq ans seulement après la dissolution de l’Association. Celle-ci n’avait plus sa raison d’être puisque les tavernes traditionnelles tendaient à disparaître et que les propriétaires de brasseries se joignaient à une association de restaurateurs.

Évolution du fonds

Intérêt

Nous y trouvons des informations très pertinentes sur la façon d'agir des membres du groupe des taverniers pour obtenir des gouvernements  en place des lois en leur faveur.  C'est en quelque sorte la porte d'entrée à toutes les propositions, les contre-propositions et à toutes les discussions préalables aux lois et règlements qui ont été votés sur la consommation des boissons alcoolisées par les gouvernements successifs.

Potentiel de recherche

Tous les procès verbaux sont des originaux.  Comme il semble n'en manquer aucun, cette continuité offre un intérêt documentaire certain

 
Source : Répertoire sommaire. L'Association des taverniers et des brasseries du district de Montréal inc., Mireille Boulet, Service des archives, Musée de la Ville de Lachine, 1999, pages 2 et 3.  


[1] GIRARDIN, Claude. Historique 90 ième anniversaire 1884-1874, communiqué de presse, p. 2.
[2] Ibid.
[3] Revue des activités de l’Association des taverniers de l’île de Montréal 1884-1948, non paginée.